Risques sanitaires

Les données transmises par les Linky le sont au moyen de la technologie CPL (Courant porteur en ligne). Il achemine ces données sous forme d’impulsions électriques, à travers les circuits domestiques normaux. Or, ces circuits ne sont pas blindés de façon à éviter le rayonnement des champs électromagnétiques artificiels qui les traversent. Ils sont donc inadaptés, sur le plan de la sécurité sanitaire, à véhiculer ce type de champs électromagnétiques, puisqu’ils les émettent au lieu de se borner à les transporter.
De plus, les impulsions envoyées par les Linky produisent des radiofréquences qui semblent impacter les personnes électrosensibles et peuvent aussi rendre électrosensibles celles qui étaient jusque-là en bonne santé. (voir ici des témoignages de personnes electro sensibles)

Depuis 2011, les radiofréquences sont officiellement classées comme « potentiellement cancérigènes » par le CIRC (Centre International de Recherche contre le Cancer), organe de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

Excellent article de Pierre Bellin sur le blog de MédiaPart sur le sujet ici :

« Troubles liés au Linky : problèmes de sommeil, effets sur la mémoire et l’apprentissage, effets sur l’ADN et les gènes, augmentation des cancers (ou accélération de cette augmentation) et pathologies cérébrales type Alzheimmer. Effets sur l’autisme, sur le développement cérébral des fœtus ; altération de l’ADN des spermatozoïdes. »